J’ai testé pour vous : l’arnaque sur Internet

“Qui n’est jamais, au détour de sa boîte mail ou de sa magnifique collection de spam, tombé sur un message lui faisant miroiter des sommes d’argent colossales, mais coincées à la douane d’un pays d’Afrique qui n’attend qu’un virement Western Union pour prendre le bateau ? Tout le monde, ou presque. Ce qui est plus rare, par contre, c’est d’y répondre… c’est pourtant ce que j’ai fait !

Ca fait déjà plusieurs années que certains médias se font l’écho des conséquences dramatiques qu’entrainent souvent les arnaques sur Internet, également connues sous le nom anglophone de « scam ». On en distingue plusieurs formes allant de l’hameçonnage d’une personne sur un site de rencontres à une réponse intéressée par un produit sur un site d’annonces entre particuliers, en passant par le mail de relative apparence officielle, faisant miroiter de grosses transactions financières tombées du ciel. Des arnaques qui, stratégiquement ciblées ou non, vont tâcher de faire vibrer des cordes sensibles chez les internautes : sentiments amoureux, argent facile et j’en passe.

Mais quand même : si l’annonce fait vibrer les bonnes cordes, les ficelles semblent très souvent complètement fantasques. Comment expliquer qu’un riche consul de Côte d’Ivoire désire léguer sa fortune à un inconnu en France ? Comment justifier qu’un Béninois préfère acheter une voiture dans l’Hexagone via Le Bon Coin, plutôt que de chercher une affaire plus proche de chez lui ? Et surtout, comment expliquer que, chaque année, des centaines de Français se laissent tenter, et avoir, parfois jusqu’au surendettement ? Pour essayer de le comprendre, j’ai décidé de tenter l’expérience… et de me faire pigeonner de mon plein gré.

Les échanges qui suivent ont duré un peu plus d’un mois : l’objectif était de voir jusqu’où il était possible d’aller en échangeant avec un escroc sur Internet, sans envoyer d’argent cependant, mais également de cerner les méthodes employées pour tenter d’extorquer des fonds dans le cadre de l’affaire en question. La première partie de cet article se résume donc au cheminement, souvent rocambolesque, de cette aventure. Quant à la seconde, elle laisse la parole aux experts pour en démêler les ficelles. (..)”

La suite sur Clubic.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: